Menu

02 97 84 95 07

Champagne

Historique

Les premières vignes seraient apparus vers le IVe siècle après JC avec les Romains car il existe peu d’écrit pour une présence viticole avant cette date. La viticulture princière, ecclésiastique et monastique permet le développement viticole dès le VIIe siècle. Sa situation près de la Marne, de l’Aube, de la Seine et également de l’Aisne, permet rapidement la vente des vins de Champagne entre le XIIe et XIVe siècle. Encore « tranquille » et destiné uniquement à la bourgeoisie, le vin de Reims conquiert des marchés extérieurs et finir par se retrouver sur les tables royales (étant donné qu’on sacre les rois de France dans la Cathédrale de Reims depuis Clovis).

Entre le XIVe et le XVe, la guerre de cent ans ravagea le vignoble, jusqu’à l’abandon d’une majorité des chais mais qui reprendront fortement leurs activités à la fin du XVe siècle. S’en suit une autre période douloureuse, les guerres de religions, qui, au cours du XVIe siècle, affaiblirent une nouvelle fois la région, sans pour autant stopper complétement la production et la vente de vin. La situation géographique faisait également que, régulièrement, les armées, notamment celle de Louis XIV au XVIIe siècle, prennent place dans cette zone, ralentissant le commerce et affaiblissant l’économie locale.

Le vin effervescent est connu depuis l’époque égyptienne, mais a toujours été considéré comme un défaut (reprise de la fermentation en bouteille) ou en tout cas, comme un élément non voulu dans le vin. On sait que les premiers vins effervescents de France viennent de Limoux en 1531, mais la légende veut que le moine Dom Pérignon, courant du XVIIIe, découvrit le système de la prise de mousse en bouteille en mettant de la cire sur les bouteilles à la place des chevilles de bois que l’on mettait pour fermer la bouteille. Ce système eu comme effet de garder, lors de la fermentation dite « malo-lactique », de garder le gaz carbonique dans la bouteille, ce qui fit exploser ces dernières… On peut en tout cas reconnaître qu’il contribua à l’invention du bouchon de liège fermé avec une bague en métal afin de mieux garder les bulles. Dès lors, le vin effervescent de Champagne devient rapidement connu sur les tables bourgeoises et aristocratiques étant donné son prix élevé dû à une vinification plus complexe.

Après être appelés « vin de Montagne » et « vin de rivière » dès le Xe siècle, il commence à s’appeler « vin de Champagne » fin XIIIe. Ensuite, en 1882, la région viticole obtient une protection du mot Champagne relevant d’une région et d’une méthode de fabrication, qui sera confirmé en 1905. En 1908, 15 000 ha rentre dans cette appellation. « Le champagne est le vin de la civilisation. » Talleyrand.

Terroir et appellation

Vignoble le plus au Nord de France où se trouve plusieurs micro-climats, on distingue 4 grandes régions en Champagne :

  • La montagne de Reims
  • La côte des Blancs
  • La vallée de la Marne
  • La côte des bars

Sa particularité est que ce vignoble peut avoir des hivers glaciales, des gelées au printemps (climat plutôt continental) et des ensoleillements assez faibles pour la maturité du raisin, accompagné d’une pluviométrie médiane due à des influences climatiques plutôt océaniques.

La craie, la marne et le calcaire présents en majorité en sous sol, permet de drainer l’eau par un bon écoulement en profondeur et permet également de garder des quantités d’eau pour des périodes estivales plus sèches. Ajouté à cela les coteaux et reliefs présents sur les meilleurs crus apportent en ensoleillement et une meilleur maturité des raisins.

C’est ce terroir qui apporte cette « minéralité » si particulière à certain Champagne.

Cépages

Dans cette région, on crée des Champagnes « Blanc de blanc », c’est à dire uniquement issus de Chardonnay (raisin à peau clair) ou « Blanc de noir » issus de Pinot noir ou Pinot meunier (raisin à peau noir).

Mais ces trois cépages se retrouvent dans une grande majorité assemblés pour produire les Brut classiques. Effectivement les cépages à peaux noirs qui n’ont pas macérés avec leurs pellicules ne prennent pas la couleur rouge qu’ils devraient avoir. Pour les rosés, le Champagne est la seule région où les vignerons ont le droit de mélanger du vin rouge et blanc pour faire du rosé. On produit de manière plus anecdotique du « Ratafia » et même quelques vins AOC Coteaux-Champenois qui font des vins non-effervescent en rouge, blanc et rosé.

Certains viticulteurs décident également d’utiliser des vieux cépages Champenois dans certaines cuvées originales comme le Fromenteau, le petit meslier, le Pinot blanc, l’Arbanne…

Voir nos champagnes

Autres régions viticoles